Louis THIBAUDET, le peintre.

article louis thibaudet

autoportrait du peintre LOUIS THIBAUDET, le peintre.

     Louis THIBAUDET, né le 19 avril 1901, est fils d’un forgeron de La Frette, Claude Thibaudet et  de  Marie-Antoinette Cattin, originaire de Simandre. Son père décède  rapidement.  Un  des ses oncles,   curé   de   Sagy,  le  fait entrer   au   petit   séminaire  de Rimont  où  il recevra une solide instruction.  Il  occupe un emploi chez un notaire à Dijon, se marie en   1924   avec  une  institutrice, Louise    Coquille.   Le    couple s’installe   à   Ozenay.   Louis Thibaudet y exerce la profession de secrétaire de mairie, ainsi que dans 2 autres communes.sculpture de louis thibaudet 1938

   Dès son plus jeune âge, Louis Thibaudet va prendre conscience de ses dons exceptionnels pour le dessin et la peinture. Malgré le manque de moyens, il trouve du papier, des crayons et il dessine.
    Dès que sa situation matérielle est assurée, il consacre tout son temps disponible à son art : étude de l’histoire de l’art, travail dans les musées et sur nature. Très vite, il est remarqué par les critiques et il expose à Dijon (Salon de l’Essor), Paris (Galerie Carmine), Lyon (Salon d'Automne).
Il en sera ainsi jusqu’en 1943. Cette année la, il est nommé Professeur de dessin et de peinture à l’École Nationale des Beaux-arts de Bourges.
    La qualité de son enseignement est reconnue par les critiques et les personnalités. Autour de lui se constitue un groupe d’élèves passionnés. Son influence est considérable. Il se crée ce que les critiques appelleront « L’École de Bourges », ou « Le groupe de Bourges ».
        Au cours de ces années d’enseignement, il expose à Lyon, Paris. Son talent s’exerce dans toutes les techniques : pastel, huile, aquarelle, dessin à la plume et au fusain. Entre 1951 et 1955 il réalise plusieurs portraits représentant sa mère, assise, dans la petite maison de La Frette.
       En 1964, il quitte l’enseignement et s’installe à Mâcon, place de la Baille. Il réside également l’été à Champvent, près de Chardonnay. Il y reçoit la visite de ses anciens élèves, qui viennent de toute la France rechercher ses conseils et ses avis. Il poursuit son œuvre et expose (Rétrospectives au musée des Ursulines de Mâcon en 1970, au Palais des Arts et de la Culture de Brest en 1972, à nouveau au Musée des Ursulines en 1979).
        Il décède le 18 septembre 1980. Depuis, sa famille, ses élèves ainsi que les conservateurs des musées de Mâcon, œuvrent pour le faire connaître du public. Son neveu Pierre Nicolas et son épouse Suzanne ont recueilli et conservé une importante collection. Ils sont à l’origine de la création de l’association « Les anciens élèves et les amis du peintre Louis Thibaudet » dont le siège est à Mâcon, mais qui compte ses membres dans toute la France.
        Le musée des Ursulines, auquel il légua environ 80 œuvres, a organisé 3 rétrospectives en 1984 en 1995 et en 2007.
        Le musée municipal de Louhans lui a également consacré une première exposition en 2009 et une deuxième exposition en 2012.